Pourquoi on ne peut pas être pompette avec Mon Chéri ?

Après la Saint Valentin, voici une question que tout le monde se pose et à laquelle il faut bien que quelqu’un apporte une réponse : est-il possible de se bourrer la gueule au Mon Chéri ?

Ou, en d’autres termes, est-ce que la consommation de Mon Chéri peut vous empêcher de prendre le volant ?

On nous cache la vérité

A noter que l’article L3323-4 du Code de la Santé impose l’apposition d’un message sanitaire, précisant que l’abus d’alcool est dangereux pour la santé, sur tout support publicitaire autorisé en faveur des boissons alcoolisées. Cette obligation ne concerne donc que les boissons alcoolisés, et non les denrées alimentaires comme les chocolats, même si ils contiennent de l’alcool.

Du coup la question est assez délicate puisque la teneur en alcool n’est pas précisée sur l’emballage. Impossible donc pour le consommateur de savoir précisément où il en est. Il est juste indiqué qu’un chocolat contient 13% de liqueur, qui contient elle-même du sirop de glucose, de l’eau, du sucre, de l’alcool et des arômes… le doute plane.

Quand on cherche, on trouve

Après une investigation du journaliste Grégoire Fleurot auprès de Ferrero, on apprend qu’il y a 8ml d’alcool dans 100g de chocolat lors de sa fabrication. Ceci nous permet de calculer la teneur en alcool de la liqueur qui est d’environ 49°, ce qui est assez élevée pour une liqueur d’ailleurs (Ferrero n’y va pas de main morte) et la question prend tout son sens.

Un Mon chéri pèse 12,5g, et une règle de trois plus loin, nous arrivons à 0,8g d’alcool pur par chocolat.

Nous voulons des réponses

Pour atteindre les 0,5g d’alcool par litre de sang, et ne pas être autorisé à conduire, il faudrait donc qu’un homme de 80kg ingurgite environs 35 chocolats, et qu’il se soit donc attaqué à une boîte familiale. Cela dit, la consommation d’un aussi grand nombre de ce délice chocolaté occasionnerait un fort apport calorique qui réduirait l’absorption d’alcool. Donc pour prendre le risque d’atteindre vraiment la limite, il lui faudrait plutôt tabler sur 45 Mon Chéri.

Et pour vous mesdames, disons que si vous pesez 60kg, il vous faudra avaler une trentaine de Mon Chéri pour atteindre cette limite, à savoir une boîte complète. Et pour partir en recherche d’un Sam bien comme il faut, il faudrait plutôt les gober pour raccourcir au maximum la durée.

En conclusion, les amateurs de chocolat peuvent se détendre et prendre le volant sereinement. Si vous abusez de ces chocolats, la crise de foie vous arrêtera avant l’atteinte du taux limite d’alcoolémie. En effet, le corps est bien fait et vous préviendra que là, c’en est trop, bien avant que vous fassiez voir rouge à un éthylomètre.

Pourquoi les moucherons viennent-ils se noyer dans mon verre ?

A chaque fois que je laisse un verre de vin posé quelques instants quelque part, je le retrouve avec un moucheron qui s’y prélasse, si ce n’est pas devenu une piscine municipale. J’ai tout d’abord cru à de la malchance, puis à une possible malédiction, puis… je me suis endormi !

Bref, bien sûr, si le verre est vide ou qu’il contient un jus de fruits (non fermenté), les moucherons n’en ont cure. Et je n’en croise d’ailleurs pas le reste du temps, comme si un verre de vin provoquait instantanément une génération spontanée de moucherons !

Vous me direz peut-être : la faute à celui qui laisse traîner son verre… c’est pas faux, cela peut arriver même aux meilleurs !

Et même si vous allez repêcher le moucheron, il est trop tard. Le goût du vin est altéré par sa baignade, et le sauver avant qu’il succombe n’y changerait rien. D’ailleurs il y a pire que de trépasser dans un verre de Menetou Salon Blanc (cru très apprécié de mes moucherons locaux !)… on peut se demander si on le sauve vraiment !

Je pense qu’il est temps d’appeler à un peu de raison grâce à une petite parenthèse scientifique.

Le coupable de cette histoire n’est pas un moucheron anonyme, mais le drosophile, plus communément appelé mouche à fruits ou à vinaigre. Il est attiré par le lait qui tourne, et surtout par les fruits qui commencent à fermenter… et par le vin. Cette bestiole se balade avec tout une série de germes avec lesquels, accrochez-vous bien, elle est responsable de la transformation du vin en vinaigre !

Inutile de vous dire qu’un passage de cette adepte du vinaigre dans votre verre y laissera un goût amer.

D’ailleurs vous pouvez les attirer avec du vinaigre dans un bocal, si vous souhaitez leur proposer de se noyer ailleurs que dans votre verre, ou leur mettre un peu d’Humeur du temps pour être plus civilisé. J’ai l’impression qu’ils préfèrent le blanc.

La plante carnivore peut faire un bon vigile pour verre de vin aussi.

Enfin, pour ceux qui ne veulent rien laisser au hasard, sachez qu’il existe des chapeaux de verre, sortes de pommeaux de douche à l’envers, qui protègent des intrusions clandestines tout en permettant au vin de s’aérer.

Et si vous avez beaucoup de ces moucherons qui virevoltent chez vous, trouvez le fruit qui a moisi quelque part !

Photo : affiche du film Et au milieu coule une rivière
Et merci à Lanèfle pour ses infos laissées sur le forum de la LPV.