Pourquoi on ne peut pas être pompette avec Mon Chéri ?

Après la Saint Valentin, voici une question que tout le monde se pose et à laquelle il faut bien que quelqu’un apporte une réponse : est-il possible de se bourrer la gueule au Mon Chéri ?

Ou, en d’autres termes, est-ce que la consommation de Mon Chéri peut vous empêcher de prendre le volant ?

On nous cache la vérité

A noter que l’article L3323-4 du Code de la Santé impose l’apposition d’un message sanitaire, précisant que l’abus d’alcool est dangereux pour la santé, sur tout support publicitaire autorisé en faveur des boissons alcoolisées. Cette obligation ne concerne donc que les boissons alcoolisés, et non les denrées alimentaires comme les chocolats, même si ils contiennent de l’alcool.

Du coup la question est assez délicate puisque la teneur en alcool n’est pas précisée sur l’emballage. Impossible donc pour le consommateur de savoir précisément où il en est. Il est juste indiqué qu’un chocolat contient 13% de liqueur, qui contient elle-même du sirop de glucose, de l’eau, du sucre, de l’alcool et des arômes… le doute plane.

Quand on cherche, on trouve

Après une investigation du journaliste Grégoire Fleurot auprès de Ferrero, on apprend qu’il y a 8ml d’alcool dans 100g de chocolat lors de sa fabrication. Ceci nous permet de calculer la teneur en alcool de la liqueur qui est d’environ 49°, ce qui est assez élevée pour une liqueur d’ailleurs (Ferrero n’y va pas de main morte) et la question prend tout son sens.

Un Mon chéri pèse 12,5g, et une règle de trois plus loin, nous arrivons à 0,8g d’alcool pur par chocolat.

Nous voulons des réponses

Pour atteindre les 0,5g d’alcool par litre de sang, et ne pas être autorisé à conduire, il faudrait donc qu’un homme de 80kg ingurgite environs 35 chocolats, et qu’il se soit donc attaqué à une boîte familiale. Cela dit, la consommation d’un aussi grand nombre de ce délice chocolaté occasionnerait un fort apport calorique qui réduirait l’absorption d’alcool. Donc pour prendre le risque d’atteindre vraiment la limite, il lui faudrait plutôt tabler sur 45 Mon Chéri.

Et pour vous mesdames, disons que si vous pesez 60kg, il vous faudra avaler une trentaine de Mon Chéri pour atteindre cette limite, à savoir une boîte complète. Et pour partir en recherche d’un Sam bien comme il faut, il faudrait plutôt les gober pour raccourcir au maximum la durée.

En conclusion, les amateurs de chocolat peuvent se détendre et prendre le volant sereinement. Si vous abusez de ces chocolats, la crise de foie vous arrêtera avant l’atteinte du taux limite d’alcoolémie. En effet, le corps est bien fait et vous préviendra que là, c’en est trop, bien avant que vous fassiez voir rouge à un éthylomètre.

Marine… Vigneureuse !

La vie nous balade (souvent) et nous fait atterrir (parfois) là où on ne s’y attend pas. Marine Leys a eu plusieurs vies, la plus marquante avant les vignes a été celle passée dans le cinéma (sur terre et sous l’eau !). Et puis les hasards, les rencontres et la curiosité l’ont rapproché de la vigne (après quelques détours tout de même). Cet univers elle ne le connaissait pas avant de plonger dedans à l’occasion de la création d’un domaine. Nous sommes à ce moment là en Turquie ! C’est donc près des origines de la vigne que Marine a pris goût à ce métier, mais c’est à Beaune qu’elle va l’apprendre, plus précisément sur les bancs de l’école où elle prépare son BPREA. Fraichement diplômée, elle vinifiera durant plusieurs années dans ce fameux domaine en Turquie.

Après 7 ans passés près de la mer Noire, elle est de retour en France le virus du vin vissé au corps. Mais c’est un autre type de vin qui l’intéresse, car si en Turquie la culture était biodynamique, le travail à la cave avait moins de saveur. Elle pose alors ses valises dans le vignoble Gaillacois et se tourne vers une des figures de la région en ce qui concerne les vins natures : Robert Plageole. Durant 6 ans elle y apprend les cépages de Gaillac (Duras, Braucol, Mauzac, loin de l’oeil, Prunelard,…), les terroirs, la viticulture respectueuse de la vie, le bon sens à la cave… et attrape définitivement le virus des vins naturels ! Mais bien évidemment le virus va muter comme bien souvent dans des cas comme ça… Marine veut son domaine à elle.

 

Nous passerons les « t’es pas d’ici ! » ou « t’es une femme ! » ou « tu veux faire du bio ? » pour arriver à ce qui arriva : Marine réussi enfin à trouver quelques vignes à exploiter ! Des vignes en conventionnel, mais qu’importe, elles va leur refaire une santé. Nous sommes en 2014, Vigneureuse est créé et le premier millésime rentre en cave. Au même moment je faisais les vendanges au domaine Jousset à Montlouis sur Loire et quelques semaines plus tard je partais avec toute l’équipe rendre visite aux Plageoles pour leur célèbre repas de fin de vendanges.

C’est lors de ce week-end que j’ai rencontré Marine et goûté son premier millésime à peine naissant. Ce qui m’a le plus frappé chez elle c’est son implication. Le chai était nickel, propre et bien rangé, ça sentait le travail bien fait, avec pourtant peu de moyens. Je l’ai trouvé extrêmement consciencieuse et attentionnée, ce qui se ressentait dans les jus. Les vendanges n’étaient pourtant pas loin, mais déjà en cuve les vins étaient droits et posés. Rouge, blanc, rosé, nous avons fait tout le tour de la cave et à chaque fois mes impressions se confirmaient : un premier millésime très réussi et la promesse de voir les suivants à un très bon niveau !

 

Marine Leys a réalisé depuis son deuxième millésime, goûté il y a peu, il confirme tout le bien que je pense de Marine. Ses vins ont fait leur chemin, certains se sont fait remarqués pas la presse spécialisée. De nouveaux projets dans les vignes, des nouvelles cuvées en cave… Marine est une Vigneronne heureuse, une Vignereuse quoi et ce n’est pas prêt de s’arrêter !

Pour aller plus loin dans la découverte de Marine Leys, les vins de Vignereuse sont disponibles sur Amicalement vin !

10 raisons d’offrir du vin à la Saint-Valentin

1. ça rime

Ça n’a l’air de rien mais c’est important la poésie. Allez, pour la peine, je vous le fais en alexandrins :

« A la Saint-Valentin, je lui offre du vin »

Et voilà !

2. éviter les répétitions

Bah oui, la cravate, c’est fait, le parfum, la montre, la perceuse aussi. L’aspirateur ou le fait-tout, c’est super risqué. Les fleurs, c’est un plus.
Bon, dans tout ça, avec du vin, on s’en sort bien. La classe.

3. aphrodisiaque

Inutile de détailler ce point, ceux qui doivent comprendre comprendront.
Mais attention, il est une légende qui dit qu’une bouteille, et surtout plusieurs, peut se retourner contre celui qui l’a ouverte. A manier avec précaution !

4. penser harmonie

Et oui, on pense au menu qu’on va concocter, à la manière dont on va s’habiller, à la déco de la table… mais une fois qu’on y est, si on a que de l’eau pétillante et de la bière, la magie risque d’en prendre un coup.

5. de l’amour dedans

Du vin oui, mais n’importe quel vin, naaaan !
Si tu attrapes une bouteille dans le rayon des Bordeaux de ta grande surface préférée, entre le PQ et les Ravioli en boite, tu as tout faux. Il faut du vin avec de l’amour dedans, ils vont mettre plein de cœurs en carton pour l’occasion, mais ne t’y trompe pas !

Si on est ce qu’on fait, d’autres disent qu’on devient ce qu’on mange et d’autres encore qu’il n’y a que l’intention qui compte. Finalement l’histoire du cadeau fait partie du cadeau.

Bref, pour être bon, il faut des vins avec du respect, du temps, des prises de risque, de la sueur… enfin, de l’amour quoi.

6. surprendre au naturel

Bon ok, dit comme ça, certains pourraient dire « du vin, t’as pas plus original ? ».
Mais je vous parle de vin naturel, de ses vins taillés dans le raisin à mains nues. Pas de vins élevés à la chaîne, gorgés de pesticides, nooon mesdames messieurs, des vins bien vivants, élevés en plein air et qui vous lèveront le poil (surtout à vous messieurs hein).

7. sans se prendre la tête

Et oui, car vient ensuite la question :

– mais je fais comment moi ? j’y connais rien en vin naturel…
– comme t’es pas le (la) seul(e) à vouloir faire découvrir les vins d’artisan vigneron sans te prendre la tête, nous vous avons concocté un coffret spécial de 6 bouteilles de saison à un prix très raisonnable : Vin au pif – P’tit Minou (aucun rapport avec ce que vous pouvez imaginer)
– super, il y a quoi dedans ?
– et bien que du bon (c’est un principe chez nous : ) et pour le détail, tu le découvriras en ouvrant ton carton… surprise !

8. avis aux connaisseurs

– ouais mais celui (ou celle) à qui je l’offre touche un peu sa bille en vin, j’ai peur que ton coffret découverte soit un peu léger pour un palais expert.
– ah oui, et bien laisse moi réfléchir… peut-être que j’ai ce qu’il te faut avec : Vin au pif – Gros Matou (vous voyez, aucun rapport)
– naaaan ?
– bin si !

9. dans le temps

– ok, mais imaginons que je trouve ça un peu court, et que j’aie envie d’en faire plus parce que je suis croc love raide dingue
– ah, et bien (si tu es bien majeur), tu peux envoyer la sauce (façon de parler) avec notre box abonnement, tu l’abonnes et lui exprimes tous les mois ton amour
– ah pas bête, mais y en a plein qui font des box de vin, elles ont quoi de plus les vôtres ?
– quoi de moins plutôt. Dans les nôtres, il n’y a que du vin et les frais d’expédition. Le prix de nos box ne comprend que ça, et c’est bien du vin que vous achetez en vous abonnant.

10. à l’arrache

– super, par contre il est midi et la Saint-Valentin c’est ce soir, ça risque d’être un peu juste pour l’expédition non ?
– oui, dans ce cas, je ne vois plus qu’une solution : le bon cadeau
– bin je lui offre juste un bout de papier alors ?
– non, vous lui offrez la possibilité de choisir ses vins, parmi notre sélection, c’est pas mal aussi.
– ah oui je vois, merci pour tous ces renseignements
– je vous en prie
– non non vraiment
– avec plaisir
– vous êtes au top
– n’en jetez plus

11. trousse de secours

Si vous êtes dans le désert de la dégustation, à la limite de la honte lorsque vous recevez des amis, ou que vous ne savez pas pourquoi vous n’en avez pas, profitez de cette occasion pour vous équiper du coffret de survie.

12. vous buverez bon !

Ça fait 12 raisons mais quand on aime, on ne compte pas. Pour finir, n’attendez pas le dessert pour offrir les cadeaux, ce serait trop moche !

D’ailleurs, ça me fait penser que vous pouvez aussi vous faire une sélection « à message » avec les cuvées Partez pour le rêve, Retour aux sources, De toute beauté, M comme je suis, L’insoumis ou Petit Ours Brun(réservé à ceux qui ont un bon second degré :)

Et bonne Saint-Valentin à tous !

Idée reçue #1 : Avec le fromage il faut du rouge !

Bon aller c’est décidé, début d’année on remet les choses à leur place, on range tout ça et on commence par se lancer dans une petite série d’articles sur les idées reçues du vin… et il y en a ! Voici donc le premier consacré aux accords vin et fromage… attention gros dossier !

Vin et fromage… une question de fierté familiale !

Le fromage… c’est LE moment du repas, la croisée des chemins, cet instant qui touche au sacré dans bon nombre de foyers français. Rendez-vous compte c’est à ce moment précis que se rencontrent deux des fleurons de notre gastronomie : le vin et le fromage. Alors évidemment les esprits s’agitent, une effervescence s’empare de la table : Papa continue sur sa lancée d’un repas bien arrosé avec tonton, Maman reprend un petit verre pour la route, Mamy va pour la première fois se servir du vin « parce qu’avec le fromage, oui, j’en veux bien un p’tit fond » et Papy va initier le petit dernier « tiens mon grand goûte ça, ça peut pas te faire de mal avec le fromage » !

Alors oui c’est certain qu’en matière de gastronomie on atteint, avec le fromage, le point culminant des débats sur les accords mets/vin… enfin culminant pas certain ! Parce qu’il y a une idée reçue indécrottable, on peut presque dire qu’elle fait partie de notre patrimoine : avec le fromage faut un coup de rouge ! Ouch !

Avec le fromage faut un coup de vin rouge ! Si vraiment vous y tenez !

Bon à une idée reçue aussi définitive, ne rendons pas une réponse définitive car oui le rouge peut avoir sa place près du fromage… encore faut-il suivre quelques règles :
– surtout pas de vins tanniques ou boisés : vous l’aurez compris on évite l’habituel Bordeaux avec le camembert ! ça évitera de rendre le vin dur, métallique et de le voir se heurter au gras du fromage.

– privilégiez plutôt les vins rouge avec de l’acidité et de la souplesse : le gamay, le pinot noir, le cinsault, le grolleau, le pineau d’aunis. L’acidité fait du bien, elle rince le gras du fromage ou se lie avec l’acidité de certains chèvres par exemple.

– restez sur des vins de la région du fromage. L’accord avec un rouge du coin peut fonctionner. Un gamay de Touraine avec un Selles sur Cher, un Poulsard avec un Morbier ou un pinot noir d’Alsace avec un Munster, sont autant d’accord qui peuvent se défendre.

Enfin avec du blanc c’est quand même mieux !

Vous l’aurez compris avec les recommandations pour le rouge, ce qui est intéressant avec le fromage c’est un vin sans tannins et avec de l’acidité… de fait le blanc est tout de même bien placé ! Son avantage c’est qu’il a moins de chance de se heurter aux composants du fromage, on évitera ainsi les mariages aux goûts désagréables. Ajoutez à cela les multiples facettes des blancs (acidité, notes oxydatives, sucres résiduels, gras, notes florales,…), qui sont autant d’expressions avec lesquelles on peut composer, et vous vous engagerez sur le plus sûr chemin vers un accord parfait !

Mais alors quels vins pour quel fromage ?

Entre accords classiques et originaux, voici un petit tour d’horizon :
– le chèvre, frais ou demi-sec, ira très bien avec un vin blanc présentant une belle trame acide donc plutôt jeune (Menetou Blanc, Touraine ou Vouvray) alors qu’un chèvre sec, voir très sec, se détendra avec un vin plus tendre, plus ouvert ou plus gras (Montlouis demi-sec, Chablis ou Côte de Duras).

– les pâtes persillées : dès que vous avez un peu de moisissure sur votre fromage allez en chercher d’autre dans votre vin ! Un beau moelleux issu de pourriture noble ou à défaut, de passerillage, et vous verrez que l’accord est juste évident ! Cherchez du côté de Montlouis sur Loire, de Bonnezeaux ou du sud-ouest.

– les Contés et autres pâtes pressées de montagne ont leur compagnon attitré en la personne des vins au profil oxydatif. Savagnin ouillé ou savagnin non ouillé en tête, mais aussi des vins plus confidentiels et dans le même esprit comme L’écorce de Lestignac (près de Bergerac) ou Blaue Libelle (Sauvignon Autrichien).

– les fromages Corses : ça sent la Brebis, le maquis, les herbes… accordez-les avec un vin qui leur ressemble : un blanc corse évidemment, mais à défaut un Macabeu du Roussillon, un Grenache Blanc des Cévennes ou pourquoi pas un Terret du Minervois.

– les pâtes molles à croute fleurie (camembert en tête) : bein pourquoi forcément du vin ? Quand on sait à quel point un camembert s’accorde bien avec une pomme, ça vaut peut-être le coup d’explorer la piste du cidre. Pas trop sec et bien fruité s’il vous plait !

– les fromages qui sentent fort : que ce soit pour du Marroile ou du Munster on peut parfois être désarçonné ! Mais pour l’un comme pour l’autre nous sommes dans une région de bières… ne cherchez pas plus loin.

Que boire avec I’m a Man de Black Strobe ?

black strobe

Voilà un bonhomme qui envoie du lourd, avec un blues rock plein de paradoxe. Un vieux son blues empreint d’éléctro, une puissance pleine de subtilité, un français qui n’est pas de là-bas… Bref, un son d’aujourd’hui qu’on croirait venu de la route 66, sortie du radiocassette d’un vieux pickup à la station service !

 

Et si cette chanson vous familière, c’est peut-être parce que c’est une reprise de Bo Diddley. Mais c’est plus probablement parce que c’est la musique principale du film RocknRolla, ou parce que Quentin Tarantino l’a également utilisé pour la bande annonce de son film Django Unchained, ou dans Le Mac, ou la série The Walking Dead…

 

Bon, donc cette musique à levé les poils de beaucoup de monde, mais cela ne répond pas à notre question ; que boit-on alors ?

Et bien, au début de la rédaction de cet article, j’aurais ouvert un C comme ça de Frédéric Palacios, pour son entrée puissante en bouche, avec beaucoup de contrastes et de tension… qui se détend ensuite pour envoyer du fruit haut en couleur, le tout en restant léger, avec des tanins souples… et on finit sur quelque chose de droit et rafraichissant… vraiment surprenant, on remet sa mêche en place et on en redemande !

Et puis, le son qui tourne en boucle pendant l’écriture de ce petit post révèle une deuxième lecture, m’emmenant doucement à quitter mes sentiers habituels, une envie soudaine de détourner le regard de la vigne un instant, un souvenir de force tout en douceur et d’explosion de saveurs…

Je vais finalement aller me poser confortablement dans un gros fauteuil avec… un vers de Gin !

Pas n’importe quel Gin non, oubliez tout ce que vous en connaissez et les maux de tête qui vont avec, et imaginez un Gin assez bouleversant pour qu’Amical le sélectionne et vous le propose ! N’importe quoi vous me direz, Amicalement vin c’est du vin, c’est dans le nom… et vous auriez bien raison, c’est ainsi qu’arrive La Distillerie du Petit Grain, pour qui nous avons créé une section « Spiritueux » rien que pour eux sur notre boutique, tellement il est impossible de passer à coté sans s’arrêter.

Et si un jour nous proposons des chaussettes, il faudra vous jeter dessus, elle seront au moins faîtes à la main, et il faudra mettre le pied dedans pour comprendre : )

Amicalement vin, membre de l’association des cavistes alternatifs

Certains diront coup de pub, rien de neuf, encore un mouvement de plus qui sonne creux. Et bien ils ont tord.

L’association des Cavistes Alternatifs n’en est qu’à ses débuts ici mais cela fait un bout de temps que nous travaillons entre nous pour en faire une réussite qui profite à tous. Voici la liste des membres actuels, n’hésitez pas à franchir le pas de leur porte ou à visiter leur site internet, c’est des bons !

Philippe Vigeant – L’Oenophil – 37250 Sorigny
Stéphane Thierry – Cave Les Millésimes – 33200 Bordeaux
Gabrielle Ogé et Guy Mélia – La Tonnelle à vins – 35000 Rennes
Benoit Hecker – Oenosphere – 67000 Strasbourg
François Adam – Les Vins d’auteurs – 57050 Plappeville
Camille Sarrau – La cave de Lourmel – 75015 Paris
Thierry Dubourg – L’Amitié rit – 93100 Montreuil
Olivier Thibaut – La Treille d’or – 75014 Paris
Martin Girat – Le nez en l’Air – 74340 Samoëns
Philippe Cuq – Le Lieu du vin – 75020 Paris
Laurent Levasseur – Vins de Coeur – 75016 Paris
Arnaud Maillard et Victor Roques – La Nature du Vin – 74160 St Julien en Genevois
Julien Boyer – Carnet de Vins – 56100 Lorient
Paco Mora – La Cave d’Ivry – 94200 Ivry sur Seine
Yasmine Manjra – Le Cent dix-sept – 75011 Paris
Christophe et Isabelle Ligeron – Un Midi dans les Vignes – 35000 Rennes
Sandrine Goeyvaerts et Laurent Lacroix – Vins Lacroix – 4470 Saint-Georges (Belgique)
Patrick Simon – La Cave de Bacchus – 29000 Brest
Pascal Ouvrard – L’Andécave – 49100 Angers
Michel Vandeneuker – www.vinodis.com – 7170 Manage (Belgique)
Charlotte Isabello – Les Vins de Charlotte – 34000 Montpellier
Joffrey Delacour – La Part des Anges – 91440 Bures sur Yvette
Bertrand Denizot / L’Accord Parfait / 24 Avenue Georges Sabo 81500 Lavaur
Nicolas Langlet – Les couleurs du vin – 69003 Lyon

Pour en savoir un peu plus : le site de l’association des cavistes alternatifs
Pour trouver un caviste alternatif près de chez vous : la carte des Cavistes Alternatifs
Pour suivre l’actualité : Facebook ou Twitter

Quel vin pour quel papa ?

Vous savez déjà que vous souhaitez offrir du vin pour la fête des pères, c’est un bon début ! Reste à savoir quel(s) vin(s). Nous avons bien des offres toutes prêtes : les coffrets de vins à thème, l’abonnement à une box de vin ou même les bons cadeau, mais si vous préférez constituer vous-même votre coffret, voici quelques conseils pour choisir vos vins en fonction de votre papa.

Votre papa est plutôt du genre pantouflard !

 

Il a ses habitudes, n’aime pas forcément le changement ou alors doucement. Pour lui quelques valeurs sûres, des appellations classiques iront parfaitement, comme par exemple :

  • Menetou-Salon : derrière chaque bouchon du domaine Teiller se cache un bon moment. Les premiers vins du domaine sont simples et croquants (Menetou rouge ou Menetou blanc). Pour plus de sérieux : Hommage et Mademoiselle T : des vins parcellaires et un beau travail d’élevage.
  • Anjou : le domaine de Bablut, la grandeur des vins d’Anjou à travers 2 cuvées : Petra Alba, un cabernet franc frais et gourmand, un vin de papa quoi et Rocca Nigra, du cabernet sauvignon dense et mûr, il a du coffre celui-là.
  • Bourgogne : domaine Emmanuel Giboulot, un incontournable. Pour le rouge Sous le Mont est un Haute côte de nuit dans un secteur ou le terroir parle et côté blanc la Côte de Beaune s’exprime avec 2 cuvées : La Grande Chatelaine ou la Combe d’Eve, une identité forte et un élevage sage. A boire ou à garder

Votre papa est plutôt actif !

Il a la bougeotte, il a toujours quelque chose à faire. Difficile de le suivre… mais il sait aussi apprécier les bons moments à table. Quelques vins qui lui iraient bien :

  • Côte du Rhône : Poignée de Raisins du domaine Gramenon est un hymne à la gourmandise et au plaisir, un grenache avec du fond et de la forme.
  • Côte de Malpère : Partez pour le rêve de Frédéric Palacios, un vin à la fois droit et joueur, sérieux sans se prendre au sérieux, un beau vin du Languedoc.
  • Chablis : Thomas Pico fait des Chablis plein de vibrations et d’énergie, impossible de s’ennuyer avec ses vins, que ce soit Vent d’ange ou les 1ers crus Côte de Jouan et Beauregard

Votre papa est plutôt intello !

Un bon livre toujours à portée de main, curieux, cultivé, il a soif de connaissance. Voici quelques vins qui titillent l’esprit :

  • Les vins du domaine la Grange Tiphaine : tous les vins de Coralie et Damien Delecheneau on un côté « intello ». Ils touchent par leur pureté et parle autant à la tête qu’au cœur. C’est particulièrement vrai sur Clef de sol rouge ou blanc et Côt Vieilles Vignes
  • Côtes Catalanes : Cyril Fhal fait des vins véritablement merveilleux, il travaille ses terroirs extrêmement bien et est un excellent vinificateur. Le Clos Rouge Gorge est un des plus grands domaines de France : Jeunes Vignes pour un plaisir immédiat, Vieilles Vignes et le magnifique Ubac pour plus tard.
  • Croze-Hermitage : au domaine des Entrefaux, le terroir parle. Les vins sont purs, lisibles et suffisamment gourmands pour ne pas être pénibles. De la syrah comme on aime

Votre papa est plutôt bon vivant !

Il aime le partage, les fêtes, les amis. Toujours prêt pour profiter des bons moments, il est aussi gourmand ! Voici 3 vins qui devraient lui aller :

  • Côte du Rhône : Petit Ours Brun de Matthieu Barret c’est 100% Grenache, plein de fruits, c’est comme un gros calin quoi !
  • Les Audouines – Domaine Jousset : du Chardonnay sur les terres de Montlouis, ça donne un vin de pays, vin généreux et plein, qui appelle l’apéro, les fruits de mer et une autre bouteille parce que la première est déjà terminée !
  • Tu vin plus aux Soirées – Fabien Jouves : bon là on est sur du vrai vin de partage, on a beau être à Cahors, sur du Malbec et du Cabernet Franc, ça reste un vin de franche picolade

Votre papa est soixantehuitard !

papa-hippi

Liberté et ouverture d’esprit, barbe, rock et cheveux long. C’était il y a longtemps mais il lui reste un petit quelque chose ! Aller quelques vins Flower Power pour lui :

  • Les brûmes – Château Lestignac : point de codes chez Mathias Marquet, le vins est libre et vivant. Y a du monde dans la bouteille (ce n’est pas filtré) mais y a aussi du vin… un moelleux léger pour s’aimer les uns les autres !
  • L’humeur du temps – Alice et Olivier De Moor : du chablis en dehors des sentiers battus, il a été l’un des premiers à explorer la voie du chardonnay libre et ouvert… des vins qui font du bien
  • Alsace – Domaine Hausherr : Heidi et Hubert Hausherr sont au plus près de la nature, tout est travaillé à cheval et les vins sont sans sulfites ajoutés. Altengarten, Sungass ou Rouge Sauvage en Pinot Noir. Attention c’est bon !
  • Ah et j’oubliais, parce que ça va à tous les papas, une belle eau de vie d’abricot ou le splendide Gin de la Distillerie du Petit Grain, vous aller voir une lumière s’allumer au fond des yeux… et ça ça marche avec tous les papas !

Quel vin pour la fête des pères ?

Vous avez décidé d’offrir du vin au roi des papas pour célébrer sa fête, c’est une très bonne idée, ou en tout cas un très bon début, car assez vite… oui mais quel vin ? Et là, vous pouvez déjà vous dire que vous êtes arrivé au bon endroit, car à la question quel vin pour la fête des pères, j’ai toutes les réponses !

De l’amour nom de Dieu !

Tout d’abord, on ne va pas la faire à son papa ; il faut un vin fait avec passionrespect… et du caractère. Le troisième découle bien souvent des deux premiers, et comme on dit chez nous : un vin finit toujours pas ressembler à son vigneron, et nos vignerons en ont… du caractère. Bref, pour ça, on est bon.

L’originalité par la découverte

Vous pouvez bien sûr jouer l’étiquette avec un vin renommé, ça fait un peu mal au portefeuille en général mais ça peut être efficace. Ou vous pouvez jouer l’audace, et débusquer un petit artisan dont les bouteilles ne courent pas les rues, un gars qui travaille son truc naturellement et met tout ce qu’il a dans chaque bouteille, et là… c’est le frisson garanti !

Chaque bouteille raconte une histoire et chaque dégustation est une aventure.

Un rôle à jouer

Parce que quand même, en tant qu’enfant, notre rôle n’est-il pas de s’assurer que nos parents ne virent pas « has been », ils ont grandi dans le plastique et le Formica, ne l’oublions pas. Le naturel, le bio, la biodynamie… sont de l’autre coté, il y a toute l’ile à traverser.

D’ailleurs, ils n’iront pas pour rien, le monde artisanal y est aussi, le retour au fait-main… à nos grand- mères en somme !

Rien n’est perdu

Bon, enfin, concrètement, il faut bien sûr trouver où trouver ces vins introuvables, mais là, vous vous doutez que j’ai comme une idée derrière la tête. Parce que je connais un Jérôme qui écume tous les événements de vins naturels, de salons bio et autres foires à la cochonaille pour les débusquer. Il se cache derrière chaque tonneau pour gouter le bon moment… et ne retenir que le meilleur du meilleur de la crème, enfin non, pas la crème.

Mais alors concrètement ?

Et bien ensuite, il ne vous reste plus qu’à choisir comment vous voulez l’offrir, parce que quitte à être à fond, on y va jusqu’au bout !

Si vous avez le gosier affuté, ou si vous êtes créatif, allez vous promener dans les allées ; la couleur, un nom sympa, une belle étiquette… faites-vous plaisir, il n’y a aucun risque… tout est bon !
Si vous préférez la jouer tranquille, on vous a concocté un petit coffret fête des pères, à manier avec modération hein !
Si vous préférez lui laisser la main sur le choix, hop, un petit bon cadeau.
Et enfin si vous lui voulez vraiment du bien, abonnez-le pour qu’il reçoive notre petite box de vin finement sélectionnée chaque mois… aaaah mon fils !

Le pompon sur le chapeau

Bon et pour le bout du bout, les inconditionnels des choses bien ficelées et autres aficionados des points sur les ï, vous laissez un petit message à son attention, que nous recopions à la mano sur un joli carton avant de le glisser dans la boiboite.

Et zou, ça part à l’adresse de votre choix, chez lui, chez vous, chez le voisin… chez qui vous voulez.

Les vins de printemps sont arrivés !

Le printemps et là, l’été arrive, il va falloir être prêt… pour le vin voilà de quoi vous occuper !

Attention vous risquez de vous régaler…

Fabien Jouves continue de nous régaler avec ses cuvées pur plaisir : You Fuck my Wine et Tu Vin Plus aux Soirées. Sans oublier les vins du domaine Mas del Périé qui décoiffent Cahors.

La Grange Tiphaine et ses cuvées de printemps : Ad Libitum, Trinqu’âmes et Bel Air… des valeurs plus que sûres. On pourrait même aller jusqu’à un Satisfait ou Remboursé !

Domaine Gramenon : Poignée de raisin et Sierra du Sud que dire de ces cuvées qu’on ne présente plus, si ce n’est que c’est très bon !

Domaine du Coulet : Matthieu Barret en version Petit Ours Brun 2014, Brise-Cailloux 2011 et 2012 ! Régalez-vous messieurs,

 

Mas des Caprices : Les Fitous (Oufti et Retour aux Sources) sont très jolis et leur Rouge à Siroter… se sirote tout seul !

Mas Coutelou : 5So simple (100% cinsault) et Pm Rosé (Cinsault, oeillade Muscate et Grenache) rejoignent les incontournables Buvette à Paulette, Classe et Flambadou !

Domaine Mouthe-LeBihan : La Pie Colette en Rouge ou en Blancc’est gagnant ! Le sud-ouest comme vous ne l’avez jamais bu !

Bon aller, ça m’a donné soif tout ça !

Je suis Charlie

Et je suis aussi :
– Frédéric Boisseau, agent d’entretien
– Franck Brinsolaro, brigadier au service de la protection
– Jean Cabut, dit Cabu, dessinateur
– Elsa Cayat, psychanalyste et chroniqueuse
– Stéphane Charbonnier, dit Charb, dessinateur
– Philippe Honoré, dit Honoré, dessinateur
– Bernard Maris, économiste et chroniqueur
– Ahmed Merabet, agent de police
– Mustapha Ourrad, correcteur
– Michel Renaud, ancien directeur de cabinet du maire de Clermont
– Bernard Verlhac, dit Tignous, dessinateur
– Georges Wolinski, dessinateur